Bonjour, Invité · Connexion · Inscription
Pages : 1 2 Suivant

lapin · Administrateur

30-10-16 16:11:39

11-07-11 · 13 872

  81 

T.lesco.P - Malfeteurs - Psylo-Zof - Koubiak : 4000 raveurs à Commana
dbd8a5004793.jpg



Samedi soir une rave-party non-déclarée s'est installée au lieu-dit de Kerestan, à Commana (29), dans les monts d'Arrée. Cette nuit, environ 4.000 personnes étaient présentes sur place, selon la gendarmerie qui a procédé à une saisie du matériel.



Cette rave-party, appelée par les organisateurs "Los Muertos Party" n'a pas été déclarée mais elle a eu l'autorisation des propriétaires des terrains utilisés. Le rassemblement a débuté vers 22h30 samedi soir au lieu-dit Kéresta. Deux murs du son regroupant les quatre sound-system T.lesco.P - Malfeteurs - Psylo-Zof - Koubiak Korzéame ont été installés. Les organisateurs ont couper le son ce dimanche à 15h.


Vers 16h, aucun incident majeur n’était à déplorer avant l'intervention des gendarmes. Mais des voisins mécontents ont alerté les autorités dans la nuit. La préfecture a donc décidé d'intervenir. "Nous avons demandé aux gendarmes de réaliser des contrôles d'alcoolémie et de stupéfiants, ainsi que de saisir les sons", a indiqué Jean-Daniel Montet-Jourdran, le directeur de cabinet du préfet du Finistère. Alors que d'après lui " De leur point de vue, ça se passe toujours bien, mais sur ce genre de soirée (les rave-parties), on est systématiquement en présence d’un ramassis d’alcooliques et d’individus sous l’emprise de stupéfiants"...

Cette attitude tranche avec celle de son prédécesseur, ainsi comme le dit un des membres de l'organisation "D'habitude, ça se passe très bien dans notre département", raconte-t-il, on est même "réputés en France" pour ça. Le jeune homme parle de concertation avec l'ancien préfet du Finistère, Jean-Luc Videlaine qui selon lui "voyait vraiment la techno comme une culture de la jeunesse". Mais "on vient d'apprendre qu'il y a un nouveau préfet". Pascal Lelarge a pris ses fonctions il y a deux mois. "Peut-être veut-il faire un exemple?"

9f8456aaee38.png


C'est vers 15h00 alors que le son était coupé et de nombreux participants déjà partis qu'une quarantaine de gendarmes sont intervenus vers 16h30 pour saisir les amplis. "Face aux actes de rébellion de certains teufeurs, ils ont été contraints d'utiliser des gaz lacrymogènes", a complété M. Montet-Jourdran, selon qui l'intervention n'a duré qu'une dizaine de minutes.


Dix minutes qui semblent avoir été particulièrement violentes "On s'est fait gazer, on s'est fait foncer dedans, on s'est fait matraquer, et ça on ne le comprend pas, on n'est pas des criminels, on est des gens du coin", se défend un organisateur, lui qui fait des rave-parties dans le Finistère depuis des années. Et puis, "se faire saisir notre matériel comme ça, ça fait mal au coeur". On ignore encore autant le bilan humain que matériel de cette opération même si les premiers échos parlent de plusieurs amplis confisqués appartenant vraisemblablement aux Malfeteurs.

21c72ea0ced9.jpg



Cette saisie s'explique par le nombre de personnes présentes dépassant les 500 et qui nécessite une autorisation préfectorale. Malheureusement l'autorisation du propriétaire et la bienveillance du maire de la commune ne suffit pas et alors qu'en 2014, une rave-party avait déjà attiré 4.000 teufeurs à Commana à l'occasion de la 29 United, sans saisie à l'époque. Par ailleurs, une autre free-party non-autorisée a également débuté samedi soir dans un entrepôt de la zone industrielle du Fromeur à Landivisiau (29) soit à peine à quelques kilomètres de là. 800 personnes étaient présentes sur place dans la nuit à cette soirée sans qu'il n'y ait eu de saisie.

a8786dae6e2c.jpg



Bien évidemment nous tiendrons ce topic à jour en fonction des évènements, dans l'immédiat si vous avez des informations, vidéos, photos de l'intervention ou si vous étiez sur place ou souhaitez témoigner, contactez-nous. Nous souhaitons beaucoup de courage aux collectifs touchés et apportons tout notre soutient aux victimes de violences policières.

commana-4-000-teufeurs-a-une-rave-party_3151374_651x434p.JPGv1.th.jpgcommana-4-000-teufeurs-a-une-rave-party_3151372_651x434p.JPGv1.th.jpgcommana-4-000-teufeurs-a-une-rave-party_3151373_651x434p.JPGv1.th.jpg




Source : Le Télégramme & Ouest France, Freeform, Figaro, Arts & Cultures

fanch sinatra · Membre +

30-10-16 21:54:05

20-08-12 · 746

  10 

Rave-party dans le Finistère: le préfet saisit le matériel

AFP Rennes, Ille-et-Vilaine : Les gendarmes sont intervenus dimanche à la demande du préfet sur un terrain de Commana (Finistère) pour "saisir les sons" d'une rave-party, laissant les 4.000 "teufeurs" bretons sous le choc, eux qui s'étaient habitués depuis des années à la bienveillance des autorités.

Ce sont des voisins mécontents qui dans la nuit ont alerté les autorités de ce rassemblement autour de la musique techno.

La free-party, qui selon la gendarmerie a réuni quelque 4.000 personnes, n'avait été autorisée ni par la mairie, ni par la préfecture. Or un tel feu vert est indispensable pour tout rassemblement de plus de 500 personnes.

La préfecture a donc décidé d'intervenir. "Nous avons demandé aux gendarmes de réaliser des contrôles d'alcoolémie et de stupéfiants, ainsi que de saisir les sons", a indiqué à l'AFP Jean-Daniel Montet-Jourdran, le directeur de cabinet du préfet du Finistère. Quelque 70 gendarmes ont été mobilisés pour l'occcasion.

Alors que le son était coupé depuis 15H00, une quarantaine d'entre eux sont intervenus vers 16H30 pour saisir les amplis. "Face aux actes de rébellion de certains teufeurs, ils ont été contraints d'utiliser des gaz lacrymogènes", a complété M. Montet-Jourdran, selon qui l'intervention n'a duré qu'une dizaine de minutes.

En outre, a-t-il précisé, un hélicoptère a survolé la zone afin de pouvoir identifier les organisateurs et certaines immatriculations et lancer d'éventuelles poursuites judiciaires.

"On assume totalement le fait qu'on ait dépassé le nombre de personnes, et s'il y a des poursuites, on assume les conséquences", a réagi auprès de l'AFP un des membres de l'organisation, mais "pourquoi ce déferlement de violence", s'interrogeait-il dimanche soir, visiblement stupéfait.

"On s'est fait gazer, on s'est fait foncer dedans, on s'est fait matraquer, et ça on ne le comprend pas, on n'est pas des criminels, on est des gens du coin", se défendait-il, lui qui fait des rave-parties dans le Finistère depuis des années. Et puis, "se faire saisir notre matériel comme ça, ça fait mal au coeur."

"D'habitude, ça se passe très bien dans notre département", raconte-t-il, on est même "réputés en France" pour ça. Le jeune homme parle de concertation avec l'ancien préfet du Finistère, Jean-Luc Videlaine qui selon lui "voyait vraiment la techno comme une culture de la jeunesse". Mais "on vient d'apprendre qu'il y a un nouveau préfet". Pascal Lelarge a pris ses fonctions il y a deux mois. "Peut-être veut-il faire un exemple?"
AFP

Mieux vaut mourir que de ne plus vivre

Havohej · Sound System

30-10-16 22:41:40

30-07-15 · 105

  

Une fin d'année qui promet d'être jouasse. J'ai vraiment pas hâte de voir ce que les jours à venir vont donner, parce que ça sent assez mauvais pour le coup.

"Picture the scene...it’s bank holiday weekend, the weather has been beautiful, the night is warm, windows are open but you can’t sleep over the thudding bass from an illegal rave. "
Le Lapin Blanc

azotlikid · Sound System

30-10-16 23:35:34

12-06-16 · 37

  

eh merde... si la pref du 29 n'est plus dans la concertation sa veut dire un peu que c'est le dernier maillon de concertation en bzh qui viens de se rompre...
en attendant de voir la suite qui sera donnée a tout sa d'un côté comme de l'autre

le monde appartient aux rêveurs qui prennent la peine de réaliser leurs raves

lapin · Administrateur

31-10-16 11:49:52

11-07-11 · 13 872

  81 

Organisée sans avoir été déclarée en préfecture, une « teuf » d'Halloween a réuni environ 4.000 raveurs, ce week-end, à Commana.




Hier, alors que le son était coupé, des échauffourées ont éclaté vers 16 h 30 à l'arrivée des gendarmes venus saisir du matériel sur le site. Il ont fait usage de gaz lacrymogènes. Il n'y a pas eu de blessés. « On a été chargés sans sommation, à coups de matraques et de gaz lacrymogènes. On ne comprend pas ». 17 h 30, hier, à Commana. Les centaines de teufeurs encore présents sur le site de la rave-party organisée en pleine campagne, au lieu-dit Kerestan, sont sous le choc. Une heure plus tôt, alors que le son avait été coupé vers 15 h, la situation a brusquement dégénéré lorsque les forces de gendarmerie ont fait irruption.

« Ils ont déboulé discrètement derrière les enceintes. Ils étaient 25 ou 30 venus faire main basse sur notre matériel. On s'est défendu et c'est parti au clash. Ça s'est fini en pugilat », raconte l'un des organisateurs. « Ils sont dans le collimateur » « C'était une rave-party non déclarée et non autorisée. J'ai donc demandé, en lien avec le procureur de la République de Brest, qu'il y ait une saisie de sons », confirme Jean-Daniel Montet-Jourdran, chef de cabinet du préfet du Finistère, joint dans la soirée. « L'intervention a duré cinq à dix minutes. Face à la rébellion de certains teufeurs très virulents, les gendarmes ont fait usage de lacrymogènes », confirme le fonctionnaire, en précisant que du matériel a été saisi (amplis, bacs de vinyles, consoles...). « Ils sont dans le collimateur. C'est un message assez clair qu'on leur envoie. Il pourrait y avoir des suites judiciaires, y compris à l'encontre de l'agriculteur qui a prêté son champ », prévient Jean-Daniel Montet-Jourdran, en précisant que l'événement a nécessité l'intervention de 70 gendarmes et d'un hélicoptère.

« On a été traités comme des terroristes » « Plus de 1.000 véhicules ont été comptabilisés. Soit environ 4.000 personnes sur le site. Ils s'étaient organisés via les réseaux sociaux pour qu'il y ait du monde afin de rentabiliser l'événement », affirme le chef de cabinet du préfet. « Il y avait plus de monde que l'on avait imaginé », reconnaissent les organisateurs, regroupés autour des collectifs T. lesco. P, Malfeteurs, Koubiak et Psylo-Zof. « Ok, on était hors-la-loi. Mais quand même, on n'est pas des criminels. On a été traités comme des terroristes alors qu'on est un milieu très pacifique. On s'est fait rentrer dedans pour rien ». « De leur point de vue ça se passe toujours bien... » « Ça fait plusieurs années qu'on se bat pour légitimer notre mouvement et ce matériel saisi, c'est l'investissement d'une vie », déplorent les teufeurs, en assurant que tout s'était bien passé jusque-là. « De leur point de vue, ça se passe toujours bien, coupe Jean-Daniel Montet-Jourdran. Mais sur ce genre de soirée, on est systématiquement en présence d'un ramassis d'alcooliques et d'individus sous l'emprise de stupéfiants ».



Source : Le Télégramme




Rave-party à Commana : le préfet ouvre la porte aux teufeurs
finistere-rave-party-commana-le-prefet-ouvre-la-porte-aux-teufeur.jpgitokJaF6_Mtb.jpg



Le préfet du Finistère, Pascal Lelarge, « est prêt » à rencontrer les organisateurs de la rave-party à Commana après avoir demandé dimanche l'intervention des gendarmes, a assuré lundi son cabinet pour qui « la porte est ouverte ».

« Le préfet est prêt à rencontrer les organisateurs afin de discuter d'un modus operandi pour réaliser à l'avenir les choses de façon cadrée », a déclaré à l'AFP Jean-Daniel Montet-Jourdran, le directeur de cabinet du préfet du Finistère.

« Nous ne pouvons tolérer ce genre de rassemblement, sans autorisation. Il y a les nuisances sonores, mais l'aspect le plus préoccupant, c'est la sécurité. Un signal a été envoyé, mais à présent la porte est ouverte, » a-t-il poursuivi.

Les gendarmes sont intervenus dimanche sur un terrain de Commana pour saisir le matériel sonore de cette rave-party, laissant les 4.000 « teufeurs » bretons sous le choc, eux qui s'étaient habitués depuis des années à la bienveillance des autorités.

Ce sont des voisins mécontents qui dans la nuit ont alerté les autorités de ce rassemblement autour de la musique techno.

La free-party n'avait été autorisée ni par la mairie, ni par la préfecture. Or un tel feu vert est indispensable pour tout rassemblement de plus de 500 personnes.

Quelque 70 gendarmes ont été mobilisés par le préfet, qui a pris ses fonctions il y a tout juste deux mois, pour cette opération. Alors que le son était coupé depuis 15H00, une quarantaine d'entre eux sont intervenus vers 16H30 pour saisir les amplis, faisant usage de gaz lacrymogènes.

En outre, un hélicoptère a survolé la zone afin de pouvoir identifier les organisateurs et certaines immatriculations et lancer d'éventuelles poursuites judiciaires.

« On assume totalement le fait qu'on ait dépassé le nombre de personnes, et s'il y a des poursuites, on assume les conséquences », avait réagi auprès de l'AFP un des membres de l'organisation, mais « pourquoi ce déferlement de violence », s'était-il interrogé, visiblement stupéfait. « D'habitude, ça se passe très bien dans notre département », avait-il raconté.

Quelques teufeurs étaient toujours présents lundi matin sur le site, selon la préfecture.



Source : Ouest France

Schranz for life · Bass skwatteur

31-10-16 12:25:59

28-08-16 · 212

C est vraiment moche et le préfet est moche aussi

Le gras c est bon

Schranz for life · Bass skwatteur

31-10-16 12:27:17

28-08-16 · 212

Donc nous ne saurions que des alcooliques et des drogués ba ca va sacré belle image ca pu les préjugés tout ca!!!!

Le gras c est bon

moukitooo · Bass Traveller

31-10-16 14:24:53

26-08-16 · 151

  

par son incompétence c est ce représentant du peuple (nous) qui a mis en danger les personnes présentes  je le verrai bien a la circulation avec son QI

²niou · Sound System

31-10-16 15:25:21

03-01-14 · 122

  


C'est un message assez clair qu'on leur envoie. Il pourrait y avoir des suites judiciaires, y compris à l'encontre de l'agriculteur qui a prêté son champ », prévient Jean-Daniel Montet-Jourdran,



hmm Ouvertement on se réserve le droit de poursuivre le proprio du terrain ça sent pas bon pour les prochain mois dans la régions. . Même si je ne suis pas inquiet vue les sons et le public breton, c'est pas du genre a se laissé faire !

²niou / Revolte6Tm

Havohej · Sound System

31-10-16 17:42:19

30-07-15 · 105

  

Dire qu'il y'a deux mois c'était la 29 invader... Tant d'espoirs gachés.

Par contre

Organisateurs
« Il y avait plus de monde que l'on avait imaginé », reconnaissent les organisateurs



Ouais euh un truc "pubé" pendant plusieurs semaines avec comme systems principaux T.lesco.P et Malfêteurs sur un grand week-end de vacances scolaires/jours fériés... J'imagine qu'ils disent ça pour les médias parce que je crois pas qu'on ai à faire à des grands naïfs non plus. C'était évident que ça allait faire bouger des milliers de personnes une telle affiche.

"Picture the scene...it’s bank holiday weekend, the weather has been beautiful, the night is warm, windows are open but you can’t sleep over the thudding bass from an illegal rave. "
Le Lapin Blanc

lapin · Administrateur

31-10-16 19:56:19

11-07-11 · 13 872

  81 

Rave-party à Commana. "Le tempo du Préfet est bizarre"
f1ff2cdfde53.jpg



« Arts et culture », regroupant les sound-systems finistériens, ne comprend toujours pas quelle mouche a piqué le préfet qui a ordonné, dimanche, l’intervention des gendarmes à l’issue de la rave-party non-déclarée qui a réuni 4.000 personnes à Commana (29). Il craint que ne s’ouvre une nouvelle période de défiance entre les teufeurs et les autorités.


Vincent Tanguy n’était pas à Commana ce week-end. Il avait choisi d’assister à un concert de rap, à Concarneau, programmé dans le cadre du festival Hip Hop New School. « Je suis éclectique. Je suis ouvert à tous les courants musicaux », sourit-il. Ce lundi matin, alors que les messages d'indignation s’amoncelaient sur son portable, il a tout d'abord pris la direction de Guiscriff (56), pour régler un litige avec un agriculteur.

Mi-septembre dernier, dans le cadre d’une teuf autorisée par la Préfecture du Morbihan, quelques plants de maïs avaient été abîmés par des vaches sorties de leur champ. La rencontre avec le paysan s’est passée sous les meilleurs auspices, à des années lumière de la tension qui a accompagné la fin de la free party de Commana. « Je ne comprends toujours pas... Il n’y a pas eu d’accident, les teufeurs avaient l’autorisation du propriétaire du champ. Certes, il y avait du monde et la musique était forte, mais était-ce une raison pour déclencher une telle opération, alors que la musique était coupée depuis 15 h ? Où est la logique, alors qu’il s’agissait du dernier gros rassemblement avant la période hivernale ? » s’interroge-t-il.

Il n’en revient pas plus des propos de Jean-Daniel Montet-Jourdran, chef de cabinet du Préfet. « Il y a six mois, nous étions face à lui, tout sourire, à la Préfecture, dans le cadre d’un travail d’écoute et de dialogue avant l’entame de la saison estivale. Et aujourd’hui, nous sommes un ramassis d’alcooliques et de drogués ? Je comprends qu’il suive les ordres du Préfet mais c’est quelqu’un que nous respections jusqu’ici. C’est incompréhensible. Le département du Finistère a toujours été cité en exemple en matière de concertation avec les teufeurs ».

Il rappelle que les organisateurs de la free party avaient choisi de ne pas la déclarer pour économiser la mise en place d’un point secourisme. « Nous sommes toujours un mouvement jeune, indépendant, sans aucune subvention et ce point secourisme, c’est un coût budgétaire ». En fin d’après-midi, il apprenait que le matériel saisi aurait été restitué, et que le Préfet annonçait que sa porte était ouverte, ce qui rajoutait à sa perplexité. « Le tempo du Préfet est bizarre. Nous, on veut dialoguer et on a toujours cru que sa porte était ouverte. C’est lui qui nous a appris qu’elle était fermée, que la serrure avait été changée et qu’il la réouvrait. Je ne veux pas dire que les organisateurs ont tout fait comme il fallait. Je veux bien comprendre que dans le contexte de l’état d’urgence, il craigne le trouble à l’ordre public mais Il aurait pu convoquer les gens pour leur expliquer certaines choses. Là, c’est lui qui a créé le trouble à l’ordre public ».

a55a829143fe.png



Vincent Tanguy craint l’ouverture d’une période d’incompréhension avec les autorités. « Dans le Finistère, il y a des teufs quasiment tous les week-ends. Jusque-là, les jeunes avaient l’habitude de voir les gendarmes venir faire leur boulot. Ils tapaient la discute. Désormais, il y aura de la défiance et ce n’est pas bon parce qu’il y a vraiment un public jeune et quand le public se transforme en foule et ne réfléchit plus, on ne sait pas comment ça peut se passer ». Le ou les organisateurs vont être poursuivis pour agression sonore (ce qui constitue un délit punissable d'un an de prison et 15 000€ d’amende ), pour organisation d'un rassemblement musical à caractère exclusivement festif sans déclaration préalable (contravention de cinquième classe) et pour des infractions en matière de débit de boissons illicite. La personne ayant mis à disposition le terrain où s'est déroulé le rassemblement va être poursuivie pour complicité d'agression. L'audience au tribunal correctionnel est déjà programmée. Elle aura lieu le jeudi 9 mars 2017, à 13 h 30. Rappelons que dimanche après-midi, vers 16 h 30, alors que le son était coupé depuis une heure et demie, les forces de gendarmerie ont fait irruption sur le site afin de procéder à une saisie de matériel. Face aux teufeurs qui se défendaient, ils ont fait usage de gaz lacrymogènes et de leur matraques, sans qu'il n'y ait de blessés.



Source : Le Télégramme

sam · Bass Jedi

31-10-16 21:38:32

11-01-12 · 634

  10 

il sait pas ou il a mis les pieds le préfet... grosse erreur de déclarer la guerre à la free en région finistere, et pas intelligent du tout, mais alors pas du tout...un  politique dans toute sa spendeur... et sa tentative de "rattrapage" l'enfonce encore un peu plus.

ça promet....

moukitooo · Bass Traveller

31-10-16 22:53:55

26-08-16 · 151

  

http://www.auxerretv.com/content/index. … de-l-Yonne
pour ce donné  une idée du personage[audio][/audio]

lapin · Administrateur

01-11-16 12:59:08

11-07-11 · 13 872

  81 

b400b5a2609f.jpg



Photo & Vidéo par Ticia & Morgane

lapin · Administrateur

01-11-16 14:47:28

11-07-11 · 13 872

  81 

Rave à Commana. Des poursuites et une lettre au Premier ministre
e39997cfeb0b.jpg



Au lendemain du coup de semonce des autorités, dimanche, sur le site de la rave-party de Commana, l'incompréhension était toujours aussi vive chez les teufeurs. Le préfet du Finistère, lui, a fait volte-face en tendant la main aux collectifs. Mais des poursuites judiciaires vont tout de même être engagées contre les organisateurs de la soirée.

Ses propos avaient été très fermes, et même assez violents, dimanche soir. Hier, Jean-Daniel Montet-Jourdran a changé de ton et joué l'apaisement. « Le préfet est prêt à recevoir les organisateurs de rave-party afin d'établir une concertation », a fait savoir, très tôt dans la matinée, le directeur de cabinet de Pascal Lelarge, préfet du Finistère en poste depuis un mois. Une volte-face plutôt surprenante après l'action coup de poing de la veille sur le site de la rave-party non déclarée de Commana, qui a accueilli 4.000 teufeurs. Vers 16 h 30, les gendarmes ont fait usage de matraques et de lacrymogènes afin de saisir du matériel.

Alors, le nouveau préfet a-t-il voulu marquer son territoire et faire un exemple, comme le pensent les collectifs technos présents sur place ? « En ayant agi de la sorte, il va dans le sens contraire de la philosophie mise en place par le gouvernement », estime Samuel Raymond, directeur de « Freeform », structure nationale chargée de la médiation sur la problématique des rassemblements festifs. « Avec lui, c'est d'abord on tape, après on invite à discuter alors qu'il y a des réunions en cours avec tous les ministères concernés (Culture, Intérieur, Jeunesse et Sports) afin de trouver des solutions à long terme », déplore-t-il, en précisant avoir rédigé un courrier au cabinet du Premier ministre pour « l'alerter sur cette façon de gérer ». « Jusqu'à présent, sur des événements importants, il y avait toujours des discussions pour rechercher un terrain et s'assurer qu'il y ait un dispositif de sécurité suffisant », relate Jean-Daniel Montet-Jourdran, désireux de poursuivre le dialogue : « La balle est dans leur camp. On ne veut pas dénaturer le mouvement. Mais si les teufeurs envisagent de poursuivre leurs organisations sauvages, on continuera à être dans la répression », assure-t-il, en disant « assumer » la saisie du matériel opérée dimanche.

« Nous, on est prêts à venir discuter avec le préfet », répondent les membres de T. lesco. P, un des quatre collectifs présents ce week-end dans les monts d'Arrée. En affirmant avoir été pris de court par l'affluence. « On ne pensait pas dépasser les 500 participants. Mais avec la météo et le long week-end... Rétrospectivement, on aurait sûrement dû déclarer la soirée. Après, on est en droit d'attendre une certaine tolérance des autorités qui savent qu'on est capables de gérer ce genre d'événement. Aujourd'hui, c'est vraiment l'incompréhension qui domine après cette violence inhabituelle », souligne les amateurs de sound systems, qui attendent des garanties. « Le préalable à toute rencontre, c'est la restitution de notre matériel qui a été saisi de manière illégale, sans inventaire ni procès-verbal ».

Pour l'heure, ce n'est pas d'actualité car les amplis, consoles et autres bacs de vinyles ont été placés sous scellés jusqu'à ce que les organisateurs répondent de leurs actes devant la justice. « Et lors de l'audience, le parquet sollicitera la confiscation du matériel à titre de peine complémentaire », a indiqué, hier après-midi, le procureur de la République de Brest, Éric Mathais, en précisant que des poursuites étaient engagées pour agression sonore, organisation d'un rassemblement musical sans déclaration préalable et pour des infractions en matière de débit de boissons illicite. L'agriculteur qui a prêté son champ sera poursuivi pour complicité d'agression sonore. L'audience aura lieu le jeudi 9 mars 2017.



Source :  Le Télégramme& TangTang pic's