#1 03-05-15 11:57:47

sam
Bass Jedi
Inscription : 11-01-12
Messages : 566
Implication :   10 

Journalisme et free party, des questions....

Depuis toujours (c'est vrai) mais avec force depuis quelques mois, chaque article qui concerne une soirée tekno légale ou illégale, en france ou en europe, commence par un bilan des jeunes sur place,  puis cet article se concentre sur la réponse des élus concernés et enfin  les forces de police déployées afin de sécuriser les lieux et, soyons clair, rassurer le peuple du danger et des nuisances que ces jeunes représentent.

le récent article sur la sud konexion (demande d'autorisation pour un multi sons dans la région de béziers) est à ce titre affligeant, consternant, voire meme déprimant.

Les organisateurs qui veulent faire les choses "dans les règles", c'est à dire organiser une soirée avec plusieurs sound system, sur un terrain avec autorisation, avec présence de secours et des forces de police font déjà face à un rejet unanime de leur projet (élus, peuple,police).

Inquiétant de voir un tel seuil d'intolérance dans notre pays et dans un tel climat on pourrait meme envisager des sanctions pénales pour tout jeune qui présente un projet  de rave party à une commune ou un élu, la limite n'est peut etre pas si loin...

D'ailleurs le Front National ne considère pas la tekno comme une musique/culture à part entière (le rap non plus d'ailleurs), et on reste toujours naivement  surpris de voir le parti socialiste appliquer une telle  répression après plus de 20 ans de free party sur le sol français.

Il y a une vraie nécessité à ré instaurer un dialogue avec les services de l'état, pour faire appliquer la loi déjà (pas de saisie à moins de 500 personnes messieurs les gendarmes, cela ne vous en déplaise), et de répondre favorablement à une envie créative et festive de notre jeunesse.

 
20 ans de free party, ça fait des petits. Si la première génération a vieilli et à fait des enfants, qu'on peut parfois retrouvés sur le dance floor le matin avec un casque sur les oreilles (les forces de l'ordre doivent désormais savoir qu'il y a des enfants dans nos free), la seconde génération prolifère et fait naitre tout un tas de sound system aux quatres coins de la France.
Initiatives de potes passagères ou vraie démarche artistique, musicale, culturelle, souvent associées au nomadisme.

Le nombre de sound system naissant est impressionnant, une simple et rapide analyse de la situation actuelle permet de dire que le contexte est différent des années 90, on ne fera pas disparaitre les free party à coups de saisie et de contraventions diverses, retraits de permis, test salivaires et j'en passe...

Meme le milieu rave se demande parfois comment "éduquer" tout ce monde à l'auto gestion, au respect de la nature, à comment bien poser un sound system
pour éviter nuisances et diverses mise en danger, a ne pas faire n'importe quoi avec les drogues qui circulent...

Et puis quand l'Etat nous autorise une fete, c'est le 1er mai, sur des aérodromes sans âmes, parqués comme du bétail, on a pas encore droit à la fouille anale à l'entrée, mais ne présumons de rien, les politiques nous étonnerons toujours!

Plus de 20 ans que le journalisme à fait du mal à la free, j'en viens à penser que les médias ont définitivement fait de nous des voyous, des drogués, des profiteurs du système (travaillent pas ces jeunes!).

On a toujours fait passer les gens du voyages pour des voleurs, on restera des teufeurs drogués décérébrés pour l'éternité. 20 ans de traitement de l'information pour ça, moi je dis BRAVO les journaux locaux, les télévisions, radios, directeur en chef de l'info, journaliste de terrain, élus, etc..

On récolte toujours se que l'on sème, et au lieu d'aider parfois les jeunes à organiser de belles fetes, on leur crache au visage. Résultat des fetes parfois posées n'importe comment par des novices de la free, des accidents liés à divers dangers, la dope parfois car pas de reduction des risques sur place. Mais messieurs les journalistes et maires de France estimez vous heureux, statistiquement, "les free party se passent majoritairement bien" dixit thierry mariani à l'origine d'une loi ultra sécuritaire ne 2001!

les teufeurs drogués décérébrés gèrent leur fetes plutot bien dans l'ensemble, car en interne il y a un gros travail de fait par les acteurs du mouvement sur l'auto gestion, le respect du site (c'est énorme les progrès réalisés depuis les années 2000, car avant on était des porcs, il faut le reconnaitre), les mises en garde par rapport aux drogues.
Qu'est ce qu'on ferait sans vous, dite moi!

Et bien, on la fait la fete, et on continuera de la faire, avec ou sans autorisations, en douter serait mal nous connaitre. Consulter vos archives messieurs mesdames les journalistes, et rendez vous à l'évidence, comme les fest noz réprimés par l'état français en temps de guerre, les free et l'envie de danser seront toujours là.

Entendu sur France culture:les fest noz avaient lieu pendant la seconde guerre mondiale malgré l'interdiction de l'état français ( l'heure n'était pas à la fête selon nos dirigeants), descentes de police et répression n'ont pas empêché les bretons de danser car il en avaient besoin pour dépasser le drame de la guerre.

Chômage de masse, crise économique, capitalisme, intolérance, compétition à tout va, travailleurs pauvres, et interdiction de faire la fete, elle est pas belle la vie!

Je ne crois pas en un revirement médiatique, on ne récupère pas 20 ans de travail bâclé comme ça. Et puis vu le climat sécuritaire actuel, je pense meme que certains journalistes voguent et vogueront  sur l'effet terrorisme ( le teufeur futur terroriste?), faire toujours un peu plus peur au peuple, c'est.....VENDEUR!


Sachez journalistes de tous bords que vous participez activement à la dégradation des rapports sociaux en france, que nous avons une jeunesse "plein pot", qui en veut qui veut s'amuser et construire, que oui, il y aura toujours des fetes illégales sur notre territoire, meme si on nous donne des autorisations plus souvent, cela fait parti du jeu, la jeunesse à toujours brisé les interdits, le contraire serait inquiétant finalement.

Et pour finir j'ai quelques questions à poser aux journalistes qui liraient par hasard cet article, questions liées à "l'actu":

Quelles estimations faites vous sur l'amélioration des ventes de journaux en faisant les gros titres avec une free party/rave party/teknival? Quels sont vos bénéfices, la free party est elle vendeuse? si oui dans quelle proportion (% de bénéfices)

Après 20 ans de traitement de l'information, quels réels dangers représente , selon vous, la free party pour le pays, le peuple français, l'dentité nationale?

Quelle seraient les bénéfices économiques de l'éradication de la culture rave en France?

Comment proposer une alternative à la fête, avec un systeme d'actionnariat?

Estimez vous participer à la mise en place progressive d'une dictature en france?


J'attends réellement des réponses.

   0 

Module de réponse Facebook
Nous vous conseillons vivement d'utiliser un compte au contenu non sensible. Le forum ne saurait être tenu responsable de la sécurité de vos données lors de l'utilisation de ce module.

Pour rejoindre la communauté dans un environnement sécurisé et profiter des nombreux autres avantages, Inscrivez vous et participer via le forum.

#2 03-05-15 16:37:07

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 13 073
Implication :   77 

Re : Journalisme et free party, des questions....

Perso je ne suis pas journaliste loin de là même, mais l'idée du forum était tout de même de proposer entre autre un endroit ou partager des news en tout genre sur le milieux free, notamment en comptant sur la participation des fêtards quel que soit leur niveau d'implication (simple teufeurs, rdr, crew, ou VJ ...) et sur un travail de rédaction pour proposer du contenu crédible.

Force est de constater que celà n'a pas su séduire les raveurs dans leur majorité, qui n'ont pas profiter de l'occasion pour offrir leur version de l'histoire et ce à chaque fois que l'on a pu partager des news sur des sujets divers et variés. Et même lorsque l'on encourage à la participation sur des sujets d'actualité avec les goonies, cela n'a apparemment pas trouver son public. Preuve en est le topic de recrutement du poste de "Journaliste" sans réponse sérieuse depuis plus d'un an maintenant.

On peut donc critiquer les journaux et journaliste pour leur travail plus que partisans et non déontologique parfois,  mais on peut également blâmer le mouvement Free incapable en 20 ans de faire émerger des médias d'informations majeurs, qui sans récupérer une parcelle du mouvement, pourraient apporter une information plus juste et de qualité que le sempiternel couplet teuf = drogues.

Mis à part quelques accointances chez Technopol, Tsugi, Teckyo, TraxMag, et les contact de Freeform chez l'AFP, aucun site internet n'offre la possibilité de suivre de manière correcte et journalistique ce qu'il ce passe un peu dans le mouvement.

Alors oui ici par exemple nous essayons à notre échelle de relayer un maximum de choses et d'infos, voir même parfois de créer des articles etc, bref de nous imposer en tant que créateur de contenu qualitatif, mais il faut bien admettre qu'obtenir une exhaustivité totale est impossible , d'autant plus qu'assez peu de personne bosse pour cela et encore moins rémunéré. C'est un travail de titan et donc il faut malheureusement multiplier les sources d'informations, et par là même perdre beaucoup de temps pour arriver à construire une news pertinente surtout si l'on souhaite éviter la reprise complète des articles de presse.

Malheureusement pour faire changer les choses, il faudrait faire ce que tout les groupements formel ou informel ont du faire à savoir, faire émerger des "lobby" ou groupe de pression qui comme pour le tweet de la gendarmerie ayant été retiré, puisse faire bloc au besoin et tenter de peser de tout leur poids quand c'est nécessaire. C'est comme cela que les traitements médiatiques de plein de choses ont changé, le féminisme, la cause gay, le rap etc...

Le reportage de FR3 ce week end sur le Teknival, est un exemple du travail qui peut être fait quand on propose un reportage sans partit pris, certes cela concerne le tekos lalalilalala mais au final de très nombreux commentaires sur les réseaux sociaux témoignent de leur surprise de voir la teuf traitée de manière artistique par la chaîne et salue son travail.

Je ne sait donc pas si tu aura des réponses de journalistes ici même, je l'espère en tout cas mais ce n'est pas de leur part qu'il faut attendre un changement selon moi car comme tu le dit, après 20 ans certains ne savent même plus penser autrement. Les commentaires que j'ai du modérer ces derniers jours sur nos réseaux sociaux sont juste affligeants, appels au meurtre, jugement à l'emporte pièce, stigmatisation, aucune tolérance ni ouverture d'esprit...  Et sa sans même te parler de tout les impliqués du mouvement qui vont pour certains jusqu’à insulter les participants au teknival légal en contradiction totale avec le principe de respect inhérent à la Free tout en trollant de manière éhontée pour tenter de descendre au max un évènement .

Comment prétendre à autre chose alors que nous mêmes entre nous nous sommes incapable de trouver une unité... Demander à d'autres un peu de clémence et d'objectivité cela peut certainement sembler opportun mais selon moi nous devons d'abord balayer devant notre porte avant d'incriminer les autres.

   0 

#3 03-05-15 18:32:59

sam
Bass Jedi
Inscription : 11-01-12
Messages : 566
Implication :   10 

Re : Journalisme et free party, des questions....

ouais je suis d'accord aussi avec toi lapin! j'ai été surpris du reportage france3, effectivement pour une fois on parle zik, visu, culture...Mais est ce pour mieux faire "passer la pillule" aux riverains, et puis c'est organisé par l'état, donc on tient un discours plutot positif pour une fois....mais tant mieux quoiqu'il en soit!

ce texte, c'était un coup de colère, mais même si on est pas rose dans l'histoire, je pense vraiment que l'objectif médiatique en 20 ans était et est toujours de diaboliser cette culture, à base d'incompétence, de sensationnel, et de désinformation....

bref, c'est assez navrant de voir que plus les années passent moins on tolère les raves....ça va avec le reste, mais bon, je pensais qu'on irait vers plus d'acceptation des citoyens et plus de tolérance en général. Utopique peut etre...

Finalement ce qui ne change pas avec les années c'est qu'il y a toujours patrick sébastien et michel drucker à la tv pour nous distraire, GENIAL!


Et tiens pendant que j'écris, NOUVELLE SAISIE en cours, les Ameson (29), qui ont fait une grosse tawa en normandie pour ce 1er mai. j'en sais pas plus pour l'instant, nombre de personnes là bas, etc, etc....fais chier, c'est des bons les ameson....

Dernière modification par sam (03-05-15 18:37:39)

   0 

#4 16-08-15 19:29:11

lemmy MFT
Bass skwatteur
Lieu : bouche du rhone
Inscription : 09-08-15
Messages : 241
Implication :   

Re : Journalisme et free party, des questions....

les citoyens n acceptent pas les free party car c est un monde qu'ils connaissent pas ou il y a pour eux que drogues et musique a fond ce qui leurs fait peur et puis on ne rentre pas les codes de monsieur tout le monde et ça ça les faits chiés

   0 

free party,free music for free people

#5 17-08-15 08:50:44

voracious
VIP
Inscription : 17-06-13
Messages : 910
Implication :   22 

Re : Journalisme et free party, des questions....

lapin
On peut donc critiquer les journaux et journaliste pour leur travail plus que partisans et non déontologique parfois,  mais on peut également blâmer le mouvement Free incapable en 20 ans de faire émerger des médias d'informations majeurs, qui sans récupérer une parcelle du mouvement, pourraient apporter une information plus juste et de qualité que le sempiternel couplet teuf = drogues.



Tout à fait d'accord avec ça. Quand tu vas à un concert de punk/metal, y a toujours un mec qui au milieu de son stand de disques propose un bac rempli de fanzines/feuilles d'infos qui vont autant parler de musique que de ce qui peut tourner autour... dans la tekno y en a eu dans les 90's quelques uns, y en a aussi deux ou trois qu'on a pu voir par ci par là ces derniers temps, mais c'est vraiment pas comparable en terme de quantité.

Je me suis toujours demandé pourquoi ça n'avait jamais vraiment pris dans cette culture pourtant très DIY dans sa base, à vrai dire. Je pense que l'époque ou la free à commencé n'était pas forcément très propice : alors que punks et metalheads ont su s'habituer à ce système parce qu'il n'y avait vraiment pas trop d'autre alternative, les teufeurs avaient les minitels, internet à ses débuts, etc. J'imagine que dès le début, l'information s'est diffusée d'une autre manière, car tout allait déjà beaucoup plus vite.

   0 

Pied de page des forums

BE 3.0 brought to you by : FluxBB

Legal & DMCA