#1 13-02-14 16:10:25

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Mediation Etat - Collectifs: Les probables propositions d'Eric Bergeault


_8EadP.jpg



Suite à la reprise du dialogue entre les autorités et une délégation des Sound System depuis quelques jours, nous savons désormais que les négociations auront lieu en la présence d'Eric Bergault qui semble avoir déjà fait une proposition majeure avec l'intronisation d'une idée présentée dans son mémoire : Des médiateurs par département seront nommés. Prenont donc le temps de lire ce fameux mémoire pour voir quelles orientations risquent de prendre le débat et nous permettre de mieux cerner l'un de ces intervenants clef. Pour vous évitez d'avoir à lire les 130 pages qui le composent voici donc un article récapitulatif et spéculatif qui vous permettra de tout savoir ou presque.


I ) Présentation :



Pour commencer et mieux cerner l'interlocuteur privilégié par l'Etat, prenons le temps de mieux connaitre le parcours d'Eric Bergault. Ce dernier est depuis quelques années déjà en politique via son premier poste d'importance obtenu au sein de la préfecture du Cher en 1995 comme Conseiller d’Education Populaire de la Jeunesse et des Sports. Ce poste prendra son importance grâce au déroulement du Teknival du 1er mai 2006 à Chavannes, petit département du Cher qui accueilli le plus grand Teknival Français en terme d'affluence avec près de 82 000 participants recensés et dont Eric Bergault fut l'un des superviseurs et observateurs privilégié.

A ce curriculum s'ajoute une mission de Médiation entre l'Etat et Organisateurs de Rave party menée à l'échelle locale depuis 2003 dont l'apogée ce situa notamment sur les évènements Bourges Off à Avord en 2007-2008 réalisée en concertation avec le Sound System System 18. Toute cette expérience au contact du milieux Technoide résultat en un mémoire « Politiques de jeunesse et musiques électroniques. Entre rave-party et Teknival, quelle évolution des grands rassemblements ? » qui motive cet article aujourd'hui et dont l'enjeu dès sa rédaction été "d’offrir aux services de l’État et aux collectivités locales une étude leur permettant de se repérer plus facilement dans la structuration du phénomène techno mais aussi de mieux accompagner les grands rassemblements festifs.."

En 2010 suite à la recrudescence des apéro Facebook et des débordements accompagnants ces rassemblements spontanés, l'état décida de nommé un groupe de travail sur la question dont Eric Bergault fut un membre pilier jusqu'à ce que Marc-Philippe Daubresse, ministre en charge de la jeunesse à cette période, le nomme référent national des rassemblements festifs organisés par des jeunes, poste conservé depuis par Eric Bergault.



II ) Remise en contexte




La récente reprise du dialogue entre les pouvoirs publics et le mouvement a donc vu la nomination d'Eric Bergeault au poste de médiateur et on ne peut éviter de penser que la réalisation de son mémoire n'est pas étranger à cette nomination puisque ce dernier fait office de vraie feuille de route à suivre dans un cas comme celui d'aujourd'hui.... Tout commence donc assez classiquement dans ce mémoire, avec la présentation des origines du mouvement, ces différentes composantes couplée à une approche sociologique du public afin de comprendre le pourquoi des acteurs d'aujourd'hui.

Dès cette première partie terminée, commence déjà quelques points qui nous intéressent notamment le "2-3 Les prémices d’un dialogue entre jeunes organisateurs et services de l’Etat" ou appuyés par l'exemple des System 18 avec qui les échanges semblent fructueux, Eric Bergault pose la question du cadre législatif régissant les évènements festifs à caractère musicaux notamment la question "Régime de déclaration ou régime d’autorisation déguisé ? " qui occupe un paragraphe. Ce dernier observe, référence à l'appui, la confusion que la loi provoque entre la délivrance d’un récépissé et l’autorisation d’organiser la manifestation ayant selon ces exemples choisit, un impact direct sur les évènements.

Spoiler

Christophe Videlin dans actualité juridique du Droit Administratif a écrit :
« Dans l’hypothèse où l’organisateur n'apporte pas les garanties suffisantes, le préfet mène une concertation qui doit se clore, au plus lard huit jours avant la rave party (art . 23-1 al. 3 de la loi 11° 95-73 du 21 janvier 1995 et art. 5 du décret n° 2002-887 du 3 mai 2002). Le décret est conforme, pour tous ces points avec la loi. En revanche, le décret opère illégalement un glissement au sujet de la délivrance du récépissé Le texte réglementaire conditionne, en son article 5, la délivrance du récépissé à la suffisance des mesures destinées à assurer l'ordre public. Si les mesures ne sont pas satisfaisantes,la récépissé n'est pas délivré. Or la loi ne conditionne absolument pas la délivrance à la conformité des mesures. Certes elle prévoit les cas où le préfet peut interdire ou conditionner la rave party, mais sans faire référence au récépissé. Le gouvernement a adopté, en réalité, une procédure proche de l'autorisation préalable. Ce n’est pas la première fois qu’une telle manœuvre a lieu mais, à chaque fois elle a été sanctionné


Loin de remettre en cause la loi, ce qui serait délicat vu sa position hiérarchique au moment de l'écriture de ce mémoire, Eric Bergault met dans la balance l'expérience locale au coté des System 18 notamment, pour illustrer par l'exemple les bénéfices d'une politique de concertation avec les acteurs locaux.

Spoiler

Eric Bergault a écrit :
Si, dans le Cher, cette concertation souhaitée par le décret a fonctionné, dans le respect des rôles de chacun, force est de constater que tous les départements n’ont pu mettre en place une réelle médiation. Le rapport sur « les grands rassemblements techno » du député Jean Louis Dumont remis à Monsieur le Premier Ministre en mai 2008 souligne d’ailleurs cette problématique en constatant que jusqu’au « teknival autorisé de Marigny en mai 2003, aucune autorisation ne fut délivrée ».


Il appui également sur l'importance logistique d'une telle concertation qui au delà de porté des fruits à l'échelle législative, renforce également la sécurité des personnes concernés (Habitants, participants, Service de l'état...) ainsi que le relationnel. Pour appuyer l'exemple Eric Bergeault prend toute la mesure de son expérience aux cotés des System 18 et de leurs organisations de diverses soirées parfois légales parfois illégales mais aussi de son poste de Conseiller d’Education Populaire de la Jeunesse et des Sports lui permettant de cerné un prisme plus important qu'un simple administratif ou qu'un organisateur.

Ainsi ce Prisme lui ouvra par exemple à une vision critique sur le Teknival de Chavannes qui selon lui "modifiera complètement dans le Cher, l’approche du milieu techno."  du fait d'une réquisition de terrain agricole pour le lieux du Teknival à contrario des années précédentes (et des années suivantes) ou les bases militaires désaffectées furent privilégiées. Cela traduit donc une sensibilité inédite, désormais au sein de l'éxécutif, pour la première fois un terrain n'est pas décrié pour son côté pratique mais également car ce dernier nuit à la construction d'une bonne relation mouvement techno <==> Population.

Spoiler

Eric Bergault a écrit :
Par sa démesure et son caractère imposé, le teknival de 2006 mit en péril la démarche de concertation et la dynamique de médiation entre les acteurs de la techno et les élus locaux.



_Q8SL4.jpg




3) Etat accompagnateur ou Etat organisateur ?



A cette Question Eric Bergeault se garde bien d'y répondre, mais l'une des observations propositions que ce dernier développe dans son mémoire est la constitution de groupes de services de l'Etat mis en place très en amonts des évènements, dans une concertation maximale avec les organisateurs et dont le but reprend les sempiternelles inquiétudes ordinaires ( Sécurité, Sécurité routière, dispositif de secours) auquel s'ajoute également la volonté de construire des méthodologies de travail (comprenez outils statistiques) permettant la création d'annuaires opérationnels, de fiches de contact, provenance géographiques...

Pour ce faire et afin de ne pas braquer le milieux techno, Eric Bergeault avance quelques idées issues de son expérience de médiation avec les System 18 pour présenté une méthodologie mise en place durant 2 ans qui selon lui "Tout en respectant les rôles de chacun, cette méthodologie rarement mise en place dans d’autres départements, permettait de donner un cadre rassurant à ce que nous appelions désormais « festival de musique électronique » et non plus « rave party » ou « teknival régional »  "

1 – l’association organisatrice repère seule le terrain et nous fournit 4 ou 5 propositions (au début des photocopies de carte IGN, et désormais des copies d’écran du site Etat Géo Portail)
2 – la gendarmerie vérifie l’adéquation du site pour un rassemblement de 5.000 à 10.000 personnes (terrain plat sans danger pour le public, voies d’accès faciles, éloigné des habitations...).
Nous effectuons avec la gendarmerie une reconnaissance sur les 2 ou 3 terrains susceptibles de convenir
3 – l’association contacte le maire et le propriétaire pour prendre rendez-vous
4 – une réunion est organisée avec les services de l’Etat et le maire pour lui assurer que le rassemblement Techno sera accompagné par les pouvoirs publics, ce qui est rassurant pour l’élu. 


En effet même si le mémoire ne comporte que peu de volet sécuritaires, Eric Bergault n'oublie ni la place de l'élu ni celle des services de sécurité dans ce dernier au risque parfois d'en oublier l'esprit originel de la mouvance techno. Pour les Free Party et en dehors des revendications formulés par la délégation s'étant rendu au ministère, Eric Bergaux estime important la rôle de médiateur de l'Etat  et la création de " meeting des sons  sorte de réunion où chaque collectif envoie un membre ou deux pour échanger sur le déroulement de la fête et prendre les décisions collégiales" et donc souhaite intrinsèquement "de désigner ou de constituer des collectifs régionaux [...] pour inscrire un travail de médiation dans une réalité locale". Laissant entendre par le mot désigner que le choix peut ne pas être forcément laissé à l’appréciation personnelle...

Voici d'ailleurs comparé selon la vision de Mr Bergault l'équilibre des forces lors de la réalisation d'une Free Party, et d'une Free Party "légalisée"
_dvVWc.png_gld3e.png



Concernant le volet purement sécuritaire, Eric Bergault semble avoir écouté ceux se retrouvant souvent en première ligne dans les bois, à savoir la Gendarmerie et avoir compris certaines de leurs inquiétudes et préoccupations notamment sur le traffic de stupéfiants, la sécurité des personnes et note une évolution des pratiques de cette dernière qui n'hésite plus à intervenir sur site peu importe la taille de l'évènement. L'une des faiblesses de cette feuille de route provient d'ailleurs probablement du volet sécuritaire qui semble ce contenté d'un certains statu quo quand à la situation actuelle de 2008, qui au vu des derniers soucis rencontrés et ayant motivé la délégation des collectifs , n'est plus vraiment d'actualité et ne semble pas être la volonté de l’exécutif.

Autre question à laquelle Eric Bergeault semble très sensible, celle de la sécurité sanitaire et médicale, la réductions des risques etc... qui doivent passer une fois de plus d'après lui par la concertation après l'échec de la première tentative en 2002 , il a d'ailleurs présenter une conférence intitulé "Mission sur les rassemblements festifs : quelle place pour la réduction des risques ?" au coté de Lionel Pourteau, ou l'on peut en quelques sortes essayer de voir sa vision des choses sur le sujet. Coutumier des associations comme Medecin du monde, Asud, Techno +, ce dernier connaît donc particulièrement bien le sujet et soutient la nomination de médiateurs départementaux intervenue en 2011, sorte de charnières et superviseurs locaux qui auront pour mission de prendre contact avec les organisateurs lors de la connaissance d'un évènement et  "Creer en amont un réseau d'associations de prévention en matière de conduites addictives ou de sécurité routière, qui pourront être mobilisées à l'occasion de ces évènements pour tenir des postes fixes ou pour constituer des équipes de prévention itinérantes." avec également des objectifs méthodologiques.



_yEiDs.jpg




4) Autres propositions :



Le mémoire termine sur quelques autres propositions qui tiennent pour certaines plus à la stricte applications de la loi qu'à de réelles innovations. Ainsi Eric Bergault prêche pour un rôle central du correspondant Rave Party définis par les textes en 2002 qui stipule que "Le préfet désigne un correspondant chargé de faciliter à l'organisateur les démarches à entreprendre et la mise en oeuvre des mesures à prendre". Peut être est ce parce qu'il a été lui même ce médiateur durant quelques années, toujours est il qu'il ne semble trouver que des qualités à ce poste qui mériterait donc selon lui de ce voir généralisé et mis en avant dans chaque régions et dont le rôle devrait être beaucoup plus proche de ces prérogatives qu'à l'heure actuelle.

Autres ouverture qui fera surement plaisir à un grand nombre d'entres nous, Eric Bergault semble pour l'ouverture du débat concernant les seuils de participants qui rappelons le limite à 500 les évènements sans déclaration en préfecture, car selon lui " Il reste une zone intermédiaire entre 1000 et 10 000 personnes où les services de l’Etat et les Sound systems peuvent équilibrer leur intervention respective dans le respect des rôles de chacun." ce qui laisserait à penser que des négociations sont donc envisageable sur le sujet.

Enfin et de manière très surprenante, Eric Bergault semble pour le lancement d'une certaine vulgarisation des pratiques techno et de sa culture, et plaide pour la création de "rencontres départementales" mélans colloques et forum permettant de convier, presse, politiques, acteurs du milieux culturel à débattre et échanger autour du sujet.




5) Conclusion



En conclusion, il semble que les mouvements de protestations ayant eu lieux dernièrement on effectivement permis d'obtenir une oreille réellement attentive de la part du gouvernement qui se traduit par la nomination d'Eric Bergault en médiateur, personne jusqu'à présent peu connue mais connaissant manifestement très bien le dossier et la culture sous jacente qui l'accompagne. L'approche reste certes très bureaucratique dans ce mémoire, avec même certains èrrement mais son approche globale, ainsi que l'objectivité générale sur la question en fait un très bon support pour ce permettre d'extrapolé un peu et imaginer que ce dernier risque fortement de ce servir de cette base de travail dans les futurs négociations avec les collectifs.



Source : Memoire, Video, Injep & More



Si cette article vous à plût n'hésitez pas à le partager avec vos ami(e)s grâce au module ci dessous. Merci.

   0 


Module de réponse Facebook
Nous vous conseillons vivement d'utiliser un compte au contenu non sensible. Le forum ne saurait être tenu responsable de la sécurité de vos données lors de l'utilisation de ce module.

Pour rejoindre la communauté dans un environnement sécurisé et profiter des nombreux autres avantages, Inscrivez vous et participer via le forum.

#2 13-02-14 20:20:45

Fishcat
Bass skwatteur
Lieu : Now'Here
Inscription : 15-11-13
Messages : 215
Implication :   
Site Web

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Bonjour,

Merci Lapin, pour ce compte rendu et cette analyse pertinente. C'est fastidieux, mais très instructif. ^^
J'ai personnellement lu ce mémoire, ainsi que le rapport de Jean-Louis DUMONT (Député de la Meuse) datant de 2008 où il préconisait déjà à l'époque 9 mesures :

- Sélectionner et viabiliser une quinzaine de terrains permettant les grands rassemblements de personnes.
- Monter le plancher de déclenchement de l’article 53 de la LSQ à 900 personnes.
- Créer un calendrier annuel des teknivals.
- Créer un cadre souple de musicien amateur (permettrait de ne pas être soumis aux réglementations qui ont pour objectif de taxer l'activité économique).
- Favoriser la circulation et la rencontre entre musiciens amateurs et professionnels ( ne pas imposer des dispositifs de présomption d'interprétation de musique déposée à la SACEM ).
- Renforcer les structures de dialogue entre les organisateurs et les institutions. ( notamment au niveau départemental avec la direction de la jeunesse et des sports )
- Renforcer les capacités d’intervention des acteurs sanitaires et sociaux non gouvernementaux. (= les reconnaitre et donc les financer)
- Développer les outils des associations de réduction des risques (reprendre la pratique de la RPP (testing, interdit en 2006) associé à un dispositif global d’analyse de drogues dans le cadre d’une démarche évaluative, ainsi que la prévention routière)
- Former les personnels de l’Etat aux stratégies d’accompagnement des fêtes techno et de la réduction des risques. ( ça coûte des sous aux contribuables ^^ )

Je vous laisse faire le bilan, 6 ans après, de ce qui a été fait ... ou pas.

L'aspect contrôle et observation a largement bénéficier à l'état et au législateur, au détriment de l'aspect culturel notamment. L'état et la répression ont bien avancés, qu'en est il nous concernant?

Tout cela sent le honeypot à plein nez..., pour reprendre un terme informatique bien connu des activistes radicaux.

   0 

We make a living by what we get, we make a life by what we give
Hey you! don't tell me there's no hope at all. Together we stand, divided we fall! (Pink Floyd)
http://www.mixcloud.com/fishcatbzh/
http://www.lastfm.fr/music/FISHCAT/+albums

#3 14-02-14 21:00:22

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

De rien, j'espère que sa pourra servir smile

   0 

#4 07-08-14 20:18:50

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Bradaboum bridabam boulet0


Rien ne vas plus Les jeux sont faits !!

_mgQnV.jpg

J'avais bon sur certains points malgré tout smile

   0 

#5 28-09-14 15:31:50

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Rencontre Techno / Etat du 19 septembre 2014



Même en étant très positif, il est difficile de considérer cette réunion comme autre chose qu’un échec pour le dialogue et la co-construction.





Sur la forme d’abord :


Si l’ensemble des représentants des collectifs des sound Systems venus de toute la France était à l’heure malgré leurs forts doutes sur cette réunion, coté état on a choisi d’afficher le désintérêt porté au organisateurs des free party de diverses façons. Pour le ministère de la Défense et surtout pour la Justice, ce sera carrément l’absence annoncée au dernier moment. Pour l’Intérieur, la présence d’un nouvel interlocuteur connaissant peu la free party, mais offensif, décidé à régler ses comptes et à faire des réflexions désagréables à tout le monde. On nous reproche les actions illégales de ces derniers mois en tentant de nous diviser avec leurs initiateurs, surtout celle du 15 aout (SudTek) mais pas un mot d’excuses pour les saisies illégales ou les violences sur le terrain.

Seul le Délégué Interministériel à la Jeunesse, Jean-Benoit Dujol et les représentants du ministère de la Jeunesse semblent vouloir réellement faire avancer les choses, mais dans quelle mesure leur action pourra-t’elle avoir un poids quand on voit le mépris affiché par leurs collègues ?

L’ordre du jour, établi sans que nous ayons notre mot à dire et changé la veille unilatéralement, ne sera pas respecté. De toute façon, ce n’est pas grave, car comme l’annonce d’entrée de jeu le Lieutenant-Colonel Tortellier du ministère de l’Intérieur, ce n’est pas à nous décider de quoi on va parler… Le ton est donné et les choses sont mises au clair : il va falloir payer le prix de notre résistance à la répression sur le terrain



La suite à lire sur Techno +

   0 

#6 16-03-15 19:27:36

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

COMMUNIQUÉ COMMUN DES ASSOCIATIONS MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL SUR LA FETE LIBRE
bandeaustss-1024x341.jpg



Arts & Culture (Multi-son29)
Techno+
Freeform



--------------------------------------------------------------------------


Suite à la réunion du groupe de travail interministériel sur les free party ce 12 mars, nous considérons que nous avons porté jusqu’où il était possible la démarche de concertation et que c’est maintenant aux services du gouvernement de faire des propositions concrètes dans un délai rapide.


technoplus.jpg
----------------------------------------------------------------------------



Autant sur l’augmentation du seuil à 1 500 participants que sur la nouvelle « fiche réflexe » nous avons contribué du mieux que nous pouvions à éclairer les travaux de ce groupe de travail, mais le manque d’une volonté politique forte empêche le dossier d’avancer.

FREEFORM-logo-vignette-relief-300x240.png
--------------------------------------------------------------------------



Depuis plus d'un an, l'État n'a accédé à aucune de nos revendications...

Les représentants du mouvement avaient dès le départ posé comme condition la réalisation d'un geste fort de la part de l'État afin de montrer une rupture après des années de répression et de discrimination croissantes de notre culture. Nos différentes revendications en ce sens ont toutes été rejetées :

• Printemps 2014 : demande d'un moratoire sur les saisies comme préalable à toute suite des négociations. Rejetée peu après par le ministère de l'Intérieur et comble d'ironie le nombre de saisies augmente.

• Été 2014 : demande de la restitution du matériel saisi illégalement. D'abord promise par l'État en août, elle est ensuite rejetée lors d'une virulente réunion en septembre 2014. Heureusement le Fond de Soutien Juridique a permis à la plupart organisateurs en procès de récupérer leur matériel.

• Automne 2014 : demande d'augmentation du seuil de déclaration actuellement fixé à 500 personnes prévues. Le ministère de l’Intérieur affirme le 12 mars 2015 son appui technique sur la forme mais ne nous donne toujours pas sa position officielle : pour ou contre le passage à 1500 ?

Notre participation à ces réunions n’a plus de sens tant que les promesses écrites faites par le gouvernement en juillet dernier n'ont pas abouti :

• Le travail sur les sanctions complémentaires pour les organisateurs n’a même pas commencé.

• La fiche « réflexe » sur les organisations de soirée que nous avons contribuée à coécrire n’est toujours pas validée et nous ne savons pas quand elle pourra sortir.

• La circulaire portant la nomination des « médiateurs départementaux » promise en février 2014 puis avril puis octobre puis mars 2015 n’est toujours pas signée.

Au-delà des lenteurs de l'administration, nous déplorons le manque de volonté politique sur ce dossier.

La jeunesse était encore récemment annoncée comme priorité pour ce gouvernement. A deux semaines des élections départementales, comment s’étonner que les gens en général et les jeunes en particulier se désintéressent de la politique quand elle ne représente que déceptions et frustrations ? Reste-t-il d’autre choix que les actions les plus radicales ?

3ff7c79cd10c.jpg
-----------------------------------------------------------------



Le prochain rendez-vous important pour la Fête Libre est la réunion nationale des sound systems et collectifs, le 11 avril prochain.

Ce sera pour tous l’occasion d’étudier, s’il y en a d’ici là, les propositions du gouvernement, ou de tirer les conséquences de leur absence !



Source : Facebook Freeform

   0 

#7 16-03-15 22:31:48

fanch sinatra
Membre +
Inscription : 20-08-12
Messages : 745
Implication :   10 
Site Web

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Ça me rassure sur mon âge vu que quand on parle techno on parle toujours jeunes / jeunesse LOL !!!

   0 

Mieux vaut mourir que de ne plus vivre

#8 17-03-15 12:59:11

Le Pyong De Yang
VIP
Inscription : 15-09-14
Messages : 285
Implication :   

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Ha ha Fanch, je me faisais  la même réflexion ;-)

   0 

#9 27-03-15 12:02:40

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Nouvelle circulaire sur les free party
457.png



La nouvelle circulaire sur les free party vient de tomber il y a quelques minutes !

--------------------------------------------------------



Ce document que nous attendions depuis plusieurs mois est enfin tombé. Si c’est largement insuffisant par rapport aux objectifs que se sont fixés les sound systems (augmentation du seuil de déclaration en préfecture à 1500, arrêt des saisies…) on peut noter quelques points très positifs :

--------------------------------------------------------



Tout d’abord le ton général est très positif et respectueux des free party qui sont considérés comme une pratique amateur à traiter comme les autres pratiques amateurs ! Cette circulaire est envoyée conjointement par le cabinet du ministre de la Jeunesse et des sports et le cabinet du ministre de l’Intérieur. C’est un document qui est adressé à tous les préfets, tous les cadres de la gendarmerie et de la police et les directions des services de jeunesse. Ils doivent donc en avoir lecture et la prendre en compte dans leur actions à partir de maintenant.

--------------------------------------------------------



1 : c’est le dialogue et la médiation qui doivent primer sur la répression

2 : il existe une volonté de continuer le dialogue au niveau national entre les collectifs et les ministères de la Jeunesse, de l’Intérieur (pour les gendarmes), de la Justice (pour les saisies) et la Défense (pour les terrains). Ce travail se fait au sein du « groupe de travail interministériel » piloté par le Délégué Interministériel à la Jeunesse, Jean-Benoît Dujol que nous avons rencontrés de nombreuses fois.

3 : Un travail est en cours (sur le seuil à 1500 personnes), les fiches reflexes etc. au niveau national et devrait aboutir dans les mois à venir.

4 : Ce dialogue doit aussi avoir lieu au niveau local pour faciliter l’organisation des teufs légales pour ceux qui ont des projets (multi-sons, grosse free, Teknivals…).

5 : Le point le plus important : LA NOMINATION DANS CHAQUE DEPARTEMENT DE MEDIATEURS FREE PARTY AVANT LE 3 AVRIL PROCHAIN. Ces médiateurs viendront des services jeunesse. C’est une première en France car cela veut dire que 90 « animateurs jeunesse » vont être nommés pour être les interlocuteurs des sons qui en ont besoin. Depuis 20 ans, notre mouvement n’avait pour interlocuteurs des gendarmes, des policiers ou les services des préfectures. C’est donc une nouvelle philosophie dans l’action de l’état envers les free qui est annoncée. On aborde plus les free uniquement par le coté répression mais par l’aspect engagement amateur, bénévolat, culturel. Reste à voir comment ça se déroulera sur le terrain…
Dès que ces médiateurs seront nommés nous publierons la liste de leurs contacts dans chaque département français.


--------------------------------------------------------



Enfin le document termine sur 2 points : le rappel les saisies ne sont pas autorisées par la loi s’il y a moins de 500 personnes et que les free party doivent être traités comme toutes les autres pratiques amateurs. Si on vient vous menacer de saisie alors que vous êtes 200, vous pourrez leur montrer ce document pour stopper cette action.


--------------------------------------------------------



Voilà donc un document dont le ton et la forme vont vraiment dans le bon sens. Reste à savoir, avec les beaux jours et le retour des soirées dans tous les sens, comment ces écrits seront appliqués sur le terrain.


--------------------------------------------------------



Un dernier point cependant : Freeform n’est pas un regroupement d’organisateurs, mais une association de soutien aux sound systems…


Cliquez sur les images pour lire la circulaire.
6486429e8e7e.th.jpgbfffccc51248.th.jpgeeb0e8273306.th.jpg



Source : Facebook Freeform

   0 

#10 27-03-15 14:42:28

Le Pyong De Yang
VIP
Inscription : 15-09-14
Messages : 285
Implication :   

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Comme un peu tout le monde, je suis de ceux qui attendent de voir sur le terrain, mais c'est clair que ça sent plutôt bon (y) Le rappel des conditions de saisies de matériel sont clairement rappelées, et j'espère que ça passera à certains préfets / forces de l'ordre, l'envie de mettre la pression à des sounds alors que leurs rassemblements ne dépassent pas les 500 personnes. Après, à nous de faire valoir nos droits de manière responsable sur le terrain. En tout cas, plutôt satisfait sur le fond smile

   0 

#11 27-03-15 22:37:26

toff karamail
Bass Explorer
Inscription : 13-03-15
Messages : 52
Implication :   

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Message directement repris sur la page face de book de freeform
la circulaire en question y est épinglée




"La nouvelle circulaire sur les free party vient de tomber il y a quelques minutes !
--------------------------------------------------------
Ce document que nous attendions depuis plusieurs mois est enfin tombé. Si c’est largement insuffisant par rapport aux objectifs que se sont fixés les sound systems (augmentation du seuil de déclaration en préfecture à 1500, arrêt des saisies…) on peut noter quelques points très positifs :
--------------------------------------------------------
Tout d’abord le ton général est très positif et respectueux des free party qui sont considérés comme une pratique amateur à traiter comme les autres pratiques amateurs ! Cette circulaire est envoyée conjointement par le cabinet du ministre de la Jeunesse et des sports et le cabinet du ministre de l’Intérieur. C’est un document qui est adressé à tous les préfets, tous les cadres de la gendarmerie et de la police et les directions des services de jeunesse. Ils doivent donc en avoir lecture et la prendre en compte dans leur actions à partir de maintenant.
--------------------------------------------------------
1 : c’est le dialogue et la médiation qui doivent primer sur la répression
2 : il existe une volonté de continuer le dialogue au niveau national entre les collectifs et les ministères de la Jeunesse, de l’Intérieur (pour les gendarmes), de la Justice (pour les saisies) et la Défense (pour les terrains). Ce travail se fait au sein du « groupe de travail interministériel » piloté par le Délégué Interministériel à la Jeunesse, Jean-Benoît Dujol que nous avons rencontrés de nombreuses fois.
3 : Un travail est en cours (sur le seuil à 1500 personnes), les fiches reflexes etc. au niveau national et devrait aboutir dans les mois à venir.
4 : Ce dialogue doit aussi avoir lieu au niveau local pour faciliter l’organisation des teufs légales pour ceux qui ont des projets (multi-sons, grosse free, Teknivals…).
5 : Le point le plus important : LA NOMINATION DANS CHAQUE DEPARTEMENT DE MEDIATEURS FREE PARTY AVANT LE 3 AVRIL PROCHAIN. Ces médiateurs viendront des services jeunesse. C’est une première en France car cela veut dire que 90 « animateurs jeunesse » vont être nommés pour être les interlocuteurs des sons qui en ont besoin. Depuis 20 ans, notre mouvement n’avait pour interlocuteurs des gendarmes, des policiers ou les services des préfectures. C’est donc une nouvelle philosophie dans l’action de l’état envers les free qui est annoncée. On aborde plus les free uniquement par le coté répression mais par l’aspect engagement amateur, bénévolat, culturel. Reste à voir comment ça se déroulera sur le terrain…
Dès que ces médiateurs seront nommés nous publierons la liste de leurs contacts dans chaque département français.
--------------------------------------------------------
Enfin le document termine sur 2 points : le rappel les saisies ne sont pas autorisées par la loi s’il y a moins de 500 personnes et que les free party doivent être traités comme toutes les autres pratiques amateurs. Si on vient vous menacer de saisie alors que vous êtes 200, vous pourrez leur montrer ce document pour stopper cette action.
--------------------------------------------------------
Voilà donc un document dont le ton et la forme vont vraiment dans le bon sens. Reste à savoir, avec les beaux jours et le retour des soirées dans tous les sens, comment ces écrits seront appliqués sur le terrain.
--------------------------------------------------------
Un dernier point cependant : Freeform n’est pas un regroupement d’organisateurs, mais une association de soutien aux sound systems…"

   0 

Vive le son, vive les gens

#12 27-03-15 23:43:12

toff karamail
Bass Explorer
Inscription : 13-03-15
Messages : 52
Implication :   

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Arf ... n'ayant pas trouvé le bon endroit je fait de la répèt sorry.
Ma femme me dit toujours que je radotte.

   0 

Vive le son, vive les gens

#13 28-03-15 12:56:09

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

Pas de soucis, mieux vos deux fois qu'une wink

Pour ceux que sa intéresse un petit article de Trax Mag : http://www.traxmag.fr/free-party-etat/

   0 

#14 28-03-15 19:10:29

IVO
Sound System
Lieu : |¤o°|OO||OO|°o¤|
Inscription : 05-11-14
Messages : 2 063
Implication :   15 
Site Web

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

merci lapin.

   0 

.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2

#15 26-07-16 12:21:58

lapin
Administrateur
Inscription : 11-07-11
Messages : 12 853
Implication :   76 

Re : Mediation Etat Collectifs: Les probables propositions + Suivis

91b17f0447e9.png

Via Freeform

Lire aussi sur Techno Plus : http://www.technoplus.org/t,1/2785/grou … illet-2016

///////////////////////////////////////////////////////////////////////

91cf317247ea.png

Via Freeform

   0 

Pied de page des forums

BE 3.0 brought to you by : FluxBB

Legal & DMCA