#1 18-07-17 09:03:37

Manza
Archiviste
Lieu : Orléans
Inscription : 19-07-16
Messages : 71
Implication :   

Part I : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis

3cd08ea313eb.png



Et si le mystérieux et tentaculaire Collectif des Insoumis acceptait de se dévoiler un peu plus ? A l'occasion des 10 ans de la tribu, célébrés en grande pompe au mois de juin lors de l'Insouzik, l'opportunité nous a été donné de sortir un dossier exclusif découpé en deux parties. Après plusieurs rencontres, nous avons pu retracer la création, puis le parcours des Sound System composant le Collectif pour cette première partie.
Et ce n'est pas tout, la seconde partie, qui sortira dans quelques jours, offrira une longue interview de différents membres des Insoumis pour revenir sur ces 10 ans d'aventure et de partage, mais aussi d'engagement, de lutte et de révolte festive...


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



Partie 1 : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis



//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////




1/ Chronologie et acteurs du Collectif des Insoumis ?

    2001 – 2006 : Les premières Manifestives



A l’origine, les Insoumis sont un rassemblement de personnes ayant la même vision de la free party. Suite à l’annonce de l’amendement Mariani en juin 2001, se met en place la toute première Manifestive. Organisée à l’époque sur le forum techno de référence, Tekalombre, une bande de potes se créé à l’occasion de l’organisation de tels évènements. Celle-ci est constituée des membres des Buissons Hurlants, SX, La’HP et de quelques tekno-activistes autonomes.


En avril 2006, se déroule la première Manifestive Internationale, la Free Parade, à Strasbourg, suivie du Teknival de Baden Baden en Allemagne. C’est avec ce Teknival que naîtra l’idée qu’il est encore possible d’organiser des évènements revendicatifs de masse. Peu après se forme ce qui constituera l’équipe fondatrice des Insoumis autour de trois membres des 3N6, Teufanou et La’HP.



    2007 : Développement de Sounds « Insoumis »



En opposition au « Sarkoval » organisé sur une base militaire dans la Meurthe et Moselle, s’organise le Teknival des Insoumis dans l’Aisne, sur un champ d’éoliennes... Malheureusement, près de la moitié des Sound Systems seront saisis.

anti_g8_3.th.jpgsmashG8couleurs_800px.th.jpg533c86c7250e.th.jpg091b778903cd.th.jpg0a0c3fc34dc4.th.jpg



Soutenus par Techno Plus et Tekalombre, les premiers Insoumis s’appellent alors :

Mushroom Corp, 3N6, NSM, La’HP, T3P, OblyK, Dfroke, K1 Resistance, Systematek, Improtek, TKC, Psykotik, Brankitek, 71 Escapade (+ quelques membres des TTC et pH :4).



S’ensuit alors une série de Free Benefits pour payer les frais judiciaires. Petit à petit, se créé le réseau RAF – Résistance Autonome Festive – et d’où naitra le slogan : “Parfois saisis, jamais soumis !”

fly2_verso-466eed.th.jpg250a1c8f2156.th.gifflyers_teuf_lahp-infraktion-ketwork32_31-12-07_recto.th.jpgflyers_teuf_lahp-infraktion-ketwork32_31-12-07_verso.th.jpgphoto017.th.jpgs5000914.th.jpgs5000919.th.jpgdsc01812.th.jpgdsc01816.th.jpg


Au nouvel an 2007/2008, La'HP pète un hangar, renouant ainsi avec la tradition des Free hivernales des années 90. Personne ne se doute encore qu’il ne s’agit que du premier d’une très longue série…
- La première multison sauvage, nommée Multisoundz, a lieu au printemps 2008 avec trois façades : Mushroom Corp/Nsm/3N6/Amonyte – Blamone/T3P – La’HP.
- En juillet, la deuxième Free Parade se déroule simultanément à Paris et à Vienne – et continue depuis de se dérouler chaque année à Paris.
- Au nouvel an, un nouveau hangar pour trois façades…

7e34b33ead8f.th.jpg


Le surnom des Insoumis est déjà donné par les participants pour désigner les Sound Systems qui posent à ces évènements. L’idée d’un fonctionnement en réseau prend forme fin 2008.



    Adoption de la Charte



Début 2009, une liste se créée pour discuter de l’organisation d’un collectif affinitaire, défendant le concept d’Autonomie Festive. De là, le réseau se renforce avec des Sound Systems comme : Otopsy, DcrypT, MZK et bien d’autres.

Il prend un nom : FAT-BASS, Free Autonomous TeKno – Branleurs Autogérés Subversifs et Solidaires et une charte est adoptée :

« Fat-Bass est un réseau de rêveurs, librement associés, se reconnaissant dans les principes suivants :

1. Une opposition radicale à la marchandisation de l’art et des schémas de culture de masse imposés par les média majoritaires, modes entrainants une attitude de consommation contraire aux principes de partage et de participation active. Les cultures présentées, et par extension leurs espaces et modes d’expression, ne doivent souffrir d’aucune restriction. Elles sont la démonstration de la possibilité d’agir et de créer librement et de manière autonome au sein de nos sociétés conformées.

2. Une opposition radicale à toutes formes et systèmes de domination et de discrimination. Nous reconnaissons la dignité entière de tous les êtres humains et prônons le respect de la diversité des modes de vie.

3. Une attitude de confrontation festive, puisque nous ne pensons pas que le “lobbying” ou la “collaboration” puissent avoir un impact majeur sur des gouvernements à tel point démagogues et antidémocratiques, pour lesquels leur maintien au pouvoir est le seul facteur réel déterminant leur politique.

4. Un appel à l’action artistique et à la désobéissance festive mettant en avant des formes de résistance solidaire qui maximisent le respect pour la vie et pour les droits des individus opprimés, ainsi que la construction d’alternatives économiques et écologiques.

5. Une philosophie organisationnelle fondée sur la décentralisation et l’autogestion. »
« Créer c’est résister, résister c’est créer ! »



f562998b71f1.jpg


    Rédaction du Manifeste



Un manifeste est également rédigé :



« Que notre volonté soit fête !

Notre but est la participation immédiate à une abondance passionnelle de la vie, à travers le changement de moments périssables délibérément aménagés. La réussite de ces moments ne peut être que leur effet passager. Nous envisageons l’activité culturelle, du point de vue de la totalité, comme construction expérimentale de la vie quotidienne. Il s’agit de produire nous-mêmes, et non des choses qui nous asservissent. Notre identité est l’autogestion, la mobilisation infinie notre force, la danse et la musique l’expression de notre indéfectible liberté. Or, la liberté absolue offense, déconcerte. On préfère alors invoquer la maladie, la démoralisation, la déviance… pour légitimer son oppression. Qui nous juge n’est pas né à l’esprit, à cet esprit de liberté que nous voulons dire, et qui est pour nous bien au-delà de ce que vous appelez la liberté. Gare à vos logiques, Mes-sieurs-dames, gare à vos logiques, vous ne savez pas jusqu’où notre haine de la logique peut nous mener.

Il faut lutter sans plus attendre, dans notre culture, pour l’apparition concrète de l’ordre mouvant de l’avenir. Les forces réactionnaires à l’œuvre dans notre pays ne laisseront à aucun prix, tout en affirmant le contraire, une véritable contestation culturelle se développer en dehors de celle qu’elles ont pris soin d’organiser elles-mêmes. Des lois injustes existent : nous satisferons-nous de leur obéir ou tacherons-nous de les amender, de leur obéir jusqu’à ce que nous y ayons réussi, ou les transgresserons-nous sur le champ ? On estime en général devoir attendre d’avoir persuadé la majorité de les altérer. On pense que si l’on résistait, le remède serait pire que le mal. Or c’est de la responsabilité du gouvernement lui-même que le remède soit pire que le mal. C’est lui qui rend pire.

Alors jetez votre vote, pas un simple bout de papier, mais toute votre influence. Une minorité est impuissante tant qu’elle se conforme à la majorité. Ce n’est du reste plus une minorité, mais elle devient irrésistible quand elle la bloque de tout son poids. Il nous reste, dans les limites où il nous appartient d’agir avec efficacité, à témoigner en toutes circonstances de notre attachement absolu à l’existence de notre culture, non pas seulement en assurant individuellement la sauvegarde de ce principe, non pas seulement en élevant une faible protestation contre chaque violation qui en est faite, mais encore en recourant, le cas échéant, aux moyens d’agitation générale les plus propices.
La fête, éphémère, brise parfois le cours d’une histoire. Mais si périssable soit-elle, elle engendre des semences d’idées et de désirs, jusque-là inconnus, et qui, souvent, lui survivent.

« Au vent qui sème la tempête, se récolte les jours de fête » »




2/ Revendication sonore en masse

    Développement du réseau Fat-Bass



Suite à cela, les grosses teufs à plusieurs façades se multiplient au sein du réseau et les Sound Systems Insoumis défient la répression ! De jeunes sons rejoignent alors le réseau et forment la relève : DFC, RHT, Syndrome Actif, Implike, Mobil’Dick, Zingués, Enimatek, Passtek, Kaotek et bien d’autres …

camp-header.th.jpg36867024.th.jpg861600SDC18163.th.jpg688290SDC18168.th.jpgflyers_teknival_france-multisons-nord_30-10-10_2.th.jpgflyers_teknival_france-multisons-nord_30-10-10_1.th.jpg101220035437154568.th.jpgflyers_teuf_enimatek-slt-dfc-rht_12-05-10.th.jpg4bfdbc73b1f1.th.jpg


En 2009 c’est aussi la gRave Générale en Mars qui prend des airs de petit Teknival dans les champs, puis le nouvel an avec ses neuf façades réunissant 23 Sound Systems dans un complexe industriel.

Au 1er mai le réseau refuse de soutenir le Teknival non déclaré, car aucune revendication sérieuse n’est émise par les organisateurs ! En 2010, deux nouvelles dates s’ajoutent en plus du printemps et du nouvel an : le 31 Octobre sous hangar, les Citrouilles Sonores – Résistance Festive contre un Etat Marchand et Policier. Le réseau compte alors plus de 30 Sound Systems inscrits.

Au nouvel an c’est la Rav’Olt qui réunit plus de 5 000 personnes aux portes de Paris et la répression qui s’abat sur le réseau avec tout son arsenal militaire et judiciaire. En plus des dizaines de blessés suite à des heures d’affrontements intenses, deux membres des DFC et de La’HP sont arrêtés et condamnés à plus de 320 000€ d’amende !



    Création du Collectif des Insoumis et ses Teufs phares



En 2011, le collectif Fat-Bass change de nom pour devenir le Collectif des Insoumis et enchaine à nouveau les Free Benefits pour payer les procès.
Le noyau dur se resserre et le réseau en sort plus déterminé que jamais. Les grosses Multisons du réseau reprennent en Juin dans les champs, puis en Octobre et au nouvel an dans les hangars.

En 2012 et 2013, les Multisons grossissent encore et toujours, et de nouveaux sons comme les BeausniaQ, Electrocution et FFF rejoignent le réseau et remplacent les anciens qui ont pris leur retraite.

a5e99c19c7d8.jpg



La première édition de la « Mars ça tape » à lieu en Seine et Marne en 2013. Elle marquera le début des façades unitaires du collectif et deviendra l’événement suscitant le plus d’engagements humains et techniques au fil des années.

En 2014, suite à une série de saisies en IDF et Bretagne, de longues discussions avec le reste du mouvement Tekno sont mises en place. Les Insoumis acceptent de retourner négocier avec le gouvernement en échange de garanties sur les revendications et l’organisation d’Actions Festives. Malgré une forte mobilisation et une série d’actions coups de poing, tels que des blocages urbains, des Teknivals – Bourges OFF, PDL et Trans-off entre autres – et autres Occupations Festives, les négociations échouent un an plus tard.

En 2015, l’envie de rassembler un très grand nombre de Sound-Systems sur un évènement fait surface. Pour cela, la fête de la musique sous le nom d’Insouzik Open To All. Plus de 4 000 personnes et dix-neuf façades seront recensées pour une fête à l’image du Collectif : revendicative et solidaire.

15171067_1118004554979827_1787455516407979115_n.jpgohe6efb831e3275694e27101c9fe03be22oe5A085779.th.jpg_wuZFn.th.jpgimg_2011.th.jpg23606de5f611.th.jpgflyers_teknival_insouzikmultisons_22-06-13_1.th.jpgflyers_teknival_insouzikmultisons_22-06-13_2.th.jpg750428a2943a.th.jpg5759413c8bc34e59258b5bcc.th.jpg167d459b2732.th.jpg9b469f9726e8.th.jpg



En Octobre, les Citrouilles Sonores Insoumises et le Kraken Krew mettent leurs forces en commun pour monter la première édition de la Rave On The Dead !

En 2016, les Insoumis s’associent au reste du mouvement Tekno pour organiser le premier Teknival illégal unitaire depuis la loi Mariani. Même s’il ne reste plus que La’HP d’actif parmi les Sound Systems fondateurs, le réseau continue de grossir avec l’arrivée des Peufratek, 1kulpé et Tekmanta.




3/ 10 ans déjà et un premier semestre 2017 très riche



En 2017, 10 ans après, le Teknival du 1er Mai redevient radical, et avec plus de 60 000 personnes. C’est le plus gros évènement non déclaré et jamais organisé à ce jour en Europe. Quinze jours auparavant, les Insoumis se posaient sur la « Planète Toutenkaissons », suite du voyage entrepris lors de la « Mars ça tape », 80kw sur trois nuits avec spectacles et feux d’artifice.


Avec des évènements, tels que le Nouvel An ou la Hangarsmik #3, c’est aussi une année de connexions nationales et internationales composées de Sounds Systems de Belgique, Pays-Bas, Bourgogne, Centre, Sud, ou encore d’Alsace.


Aujourd’hui le Collectif rassemble des personnes qui mettent en commun leurs compétences et leurs talents respectifs : des électriciens, des graphistes, des soudiers, des lighteux, des constructeurs… D’autres écrivent les textes à diffuser, cherchent des terrains, transmettent les infos, contactent les médias etc. Toutes ces personnes vivent et se réunissent pour une chose : défendre la Free Party et les Zones d’Autonomie qu’ils mettent en place.




Retrouvez dès à présent la seconde partie de ce dossier spécial "10 ans des Insoumis" : Part II : 10 ans du Collectif des Insoumis - L'interview

Dernière modification par Manza (25-07-17 23:03:52)

   0 

Module de réponse Facebook
Nous vous conseillons vivement d'utiliser un compte au contenu non sensible. Le forum ne saurait être tenu responsable de la sécurité de vos données lors de l'utilisation de ce module.

Pour rejoindre la communauté dans un environnement sécurisé et profiter des nombreux autres avantages, Inscrivez vous et participer via le forum.

#2 18-07-17 09:04:31

Manza
Archiviste
Lieu : Orléans
Inscription : 19-07-16
Messages : 71
Implication :   

Re : Part I : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis

(réservé)

   0 

#3 18-07-17 09:49:06

Panoramix Ledruide
Bass skwatteur
Lieu : ALBI
Inscription : 03-08-16
Messages : 272
Implication :   
Site Web

Re : Part I : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis

merci pour l'article manza.. wink

   0 

Prototype personnel de Dieu, mutant à l'énergie dense jamais conçu pour la production en série. Il était le dernier d'une espèce : trop bizarre pour vivre mais trop rare pour mourir.......

#4 18-07-17 15:28:25

Manza
Archiviste
Lieu : Orléans
Inscription : 19-07-16
Messages : 71
Implication :   

Re : Part I : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis

Merci Panoramix ^^

   0 

#5 18-07-17 16:11:47

Schranz for life
Bass skwatteur
Lieu : Bzh
Inscription : 28-08-16
Messages : 208
Site Web

Re : Part I : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis

Vraiment sympa cet article

   0 

Le gras c est bon

#6 18-07-17 17:41:26

dédé
Bass Explorer
Inscription : 18-08-16
Messages : 80
Implication :   

Re : Part I : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis

merci pour cet article très intéressant, vivement la suite!!..

   0 

#7 21-07-17 08:54:49

Manza
Archiviste
Lieu : Orléans
Inscription : 19-07-16
Messages : 71
Implication :   

Re : Part I : Genèse et découverte des acteurs du Collectif des Insoumis

La Suite dans quelques minutes wink

   0 

Pied de page des forums

BE 3.0 brought to you by : FluxBB

Legal & DMCA